Il était temps de changer un peu le matériel entre la Workstation et les Notebooks. Alors quelle était la meilleure solution par rapport à notre mode de travail ?

D’un côté, le poste fixe et ses 4 écrans offre un confort de travail qui est indéniable.

De l’autre côté, le portable et son nomadisme deviennent incontournables.

Et si la solution était de rassembler le meilleur des deux ?

Choix du portable

Le choix technique d’un portable est une tâche très personnelle.

  • Certaines personnes sont des inconditionnelles de l’ultra-mobilité dans les transports. L’autonomie en batterie, un poids plume et un écran compact sont ses principaux alliés.
  • D’autres personnes veulent pouvoir jouer à leurs jeux favoris
  • Une autre catégorie de personnes voudra pouvoir créer et produire

Bref, tout autant de profils qu’il y a de modèles de portables à des prix variés.

Il est clair qu’un PC portable à moins de 500 € n’est absolument pas adapté au monde du travail tout comme une garantie retour atelier de 1 an.

Par rapport à mes besoins, je me suis donc orienté vers un portable Dell en 17 »3, Full HD, convertible avec disque dur SSD de 512 Go avec un processeur i7 de 8ème génération (sensé être patché contre les attaques Meltdown et Spectre) et avec 16 Go de mémoire vive RAM. C’est une machine confortable sans partir dans l’extravagance. Ah si, en fait car le fait qu’il soit convertible fait qu’il est aussi tactile, ce qui était devenu rare ces dernières années dans cette catégorie de produits. Le rétro-éclairage du clavier est en standard sur les modèles haut de gamme. Ce qui est sûr c’est qu’une fois que l’on y a gouté, il devient difficile de s’en passer.

Et j’oubliais un petit plus, la compatibilité avec Windows Hello, le système de reconnaissance biométrique de Microsoft. Il n’est pas encore parfait dans sa reconnaissance visuelle et thermique et demande encore de saisir un mot de passe de temps en temps mais c’est pratique tout de même.

Les écrans

Ces derniers ont été achetés l’an dernier en prévision de l’augmentation de résolution et de puissance graphique. Il s’agit de 3 modèles de chez BenQ identiques, pivotables, orientables, inclinables et acceptant une connectique d’entrée très large (VGA, DVI, HDMI, DP, USB).
Leur résolution native est de 2K (2560*1440) soit environ 2x plus de points qu’un écran 1K (Full HD, 1920*1080).
C’est un bon rapport qualité / prix.
L’orientation en mode ‘Portrait’ et non plus ‘Payasage’ a une utilité très spécifique soit dans la pagination et la presse, soit dans la programme comme c’est mon cas. Sous Microsoft Visual Studio 2017, en taille par défaut, cela représente tout de même 113 lignes de code affichées.Lorsqu’il faut avoir une vue d’ensemble, c’est pratique, très pratique.

Raccordement

Et maintenant, la pièce maîtresse pour faire communiquer tout ce petit monde, une station d’accueil DisplayLink avec 2 sorties DP et une HDMI. Cette dernière pouvant aller jusqu’à la résolution 4K.
Si l’on additionne les 3 écrans ainsi que celui du portable, cela nous donne 2K+2K+2K+1K = 7K. Certes avec une écran central en 4K, il est possible d’aller chercher 2K supplémentaires. Un jour peut-être ^^.

Les usages

Que ce soit en bureautique lorsque l’on a plusieurs fichiers Excel, Word, PowerPoint ou Publisher d’ouverts, assoicé à des recherches sur Internet, un logiciel de message comme Outlook et une application métier (compta, CRM…) toute cette surface d’affichage trouve vite une utilité vitale afin de gagner en productivité.

Vous voulez tester des solutions multi-écrans et voir comment il est possible de les intégrer dans votre quotidien ? Contactez-nous afin que l’on puisse mettre en place une maquette.

Catégories : Matériel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *